#BalanceTonAccouchement : quand un collectif interpelle les gynécos sur les violences obstétricales – Elle.fr



Des pancartes, des slogans et des hashtags. Un collectif de femmes baptisé « Le OFF du CNGOF » s’est rendu à Lille, où débute ce mercredi les 41e journées du Collège national des gynécologues et obstétriciens français ( CNGOF). L’idée ? Alerter les gynécologues sur les violences obstétricales. Nous vous en parlions en juin dernier dans le magazine ELLE : l’accouchement s’accompagne parfois de violences injustifiées, voire illégales. Et les femmes sont de plus en plus nombreuses à dénoncer ces pratiques d’un autre âge, comme l’expression abdominale par exemple, interdite par la Haute autorité de santé et encore pratiquée par certains médecins. En juin dernier, le Président du CNGOF, Israël Nisand, indiquait que ces violences étaient le fait de « brebis galeuses ». Cette fois, ce collectif demande au GNOF d’agir et de prendre position, en condamnant ces pratiques. Ne rien faire  sans consentement des patientes. Parmi ce collectif, la juriste à l’origine du blog « Marie accouche là », Marie Lahaie, qui sort un livre sur le sujet en 2018 ; mais aussi Sarah, qui a lancé le tumblr « Paye ton gynéco ».
 

Installées à l’entrée du Palais des congrès, elles ont déployé des banderoles. Et ont expliqué au micro vouloir « porter la voix des femmes ». « Nous,  les femmes exigeons d’être traitées en adultes responsables », expliquent-elles. Les femmes « refusent les actes médicaux inutiles durant l’accouchement » ou encore les « touchers vaginaux à répétition », rappellent-elles.

Le collectif demandait à être reçu « même cinq minutes à la tribune » devant les 3 000 gynécologues présents à Lille Grand Palais. Mais à l’heure où nous écrivons, elles étaient toujours cantonnées à l’extérieur de la salle. Leur happening a été salué sur les réseaux sociaux et, à l’image du hashtag #BalanceTonPorc, c’est #BalanceTonAccouchement qui a vu le jour. Lisez attentivement ces témoignages, nul doute que la mobilisation ne fait que démarrer.

ELLE



Source

Commentaires

commentaires