Connaissez-vous le vin orange ? – Elle.fr


C’est nouveau ?

Si les Italiens l’ont redécouvert et remis à la mode récemment, le vin orange a vu le jour en Géorgie il y a six mille ans, quand un vigneron eut l’idée de stocker sa récolte dans des jarres enterrées (les qvevri) pour la protéger du froid en hiver. Dans ces grandes amphores, on mettait à fermenter le raisin avec la peau et les rafles. Résultat : davantage de tanins dans les vins rouges et, selon la durée de macération, une coloration plus ou moins soutenue pour les vins blancs, qui devenaient orange.

Est-ce un gadget ?

Le vin orange vieillit mieux qu’un blanc classique. Et, surtout, ses arômes sont très différents : l’amertume y est plus marquée, l’acidité moindre.

Les vins orange se ressemblent-ils tous ?

Les techniques caucasiennes ont été reprises dans l’esprit, mais pas forcément à la lettre. On trouve donc des vins orange produits dans des amphores de quelques dizaines ou plusieurs milliers de litres, en cuve ou en barrique, qui ont macéré quelques jours ou plusieurs mois. Et donc une très grande variété dans les goûts et les couleurs, qui vont des vins à peine nimbés à des nectars intenses.

Faut-il les boire frais ?

Cela dépend. Si la macération est légère et si les tanins sont peu marqués, on peut tout à fait les servir comme des blancs classiques. En revanche, les vins orange prononcés gagneront à être dégustés à une température de 14-15 °C, afin d’apprécier toute leur complexité et de ne pas exacerber une sensation de dureté due aux tanins.

Peut-on les servir à table ?

Oui, car ils permettent, grâce à leur structure et à leur fraîcheur, des accords très originaux. On peut les proposer à l’apéritif pour ceux qui aiment les vins de caractère, sur les poissons en sauce, avec une viande rouge… La cuisine sucrée-salée leur convient aussi souvent très bien. Et ils s’entendent comme larrons en foire avec les fromages.

Est-ce une mode éphémère ?

Au contraire. Il semble qu’ils sont entrés dans les habitudes et ils s’intègrent de plus en plus aux sélections de vins, même les plus classiques. Proposer un ou plusieurs vins orange à la carte est devenu quasiment incontournable. Il faut dire que les productions françaises ou italiennes, pour ne citer qu’elles, sont souvent très qualitatives.

Passez à l’orange avec ces belles quilles

Domaine Rietsch, Quand le chat n’est pas là (Alsace)
Un pinot gris étonnant, macéré dix jours en grappes entières, parfaitement sec. Ses arômes surprenants s’accordent avec une viande grillée ou un tajine d’agneau au safran et aux poires.
14,50 €. alsace-rietsch.eu
Mas del Périé, Orange voilée (Sud-Ouest)
Le chenin subit une macération longue de douze mois en amphores de 200 litres, avant d’être élevé un an de plus dans le même contenant. Orange confite, miellat, épices… A savourer avec un Ossau-Iraty.
30 €. masdelperie.com
Alessandro Viola, Sinfonia di grillo (Sicile)
Un vin du cépage autochtone grillo, macéré en amphores, d’un équilibre remarquable : fruit, élégance, chair, longueur. À étirer sur une soirée au coin du feu, en amoureux.
25 €. alessandroviola76@gmail.com

Cet article a été publié dans le magazine ELLE du vendredi 30 juin 2017.
Pour vous abonner, cliquez ici !

ELLE



Source

Commentaires

commentaires