Fausse couche : elle crée un compte Instagram pour raconter son histoire et fait un bien fou aux autres femmes – Elle.fr



Elle a plus de 15 000 abonnés sur Instagram. Jessica Zucker est une psychologue américaine et elle fait un bien fou à de nombreuses femmes. Son idée ? Permettre aux femmes de raconter leur fausse couche, sans tabou, et de voir qu’elles ne sont pas les seules. Libérer la parole, pour avancer. Doucement. Jessica Zucker a elle-même perdu un enfant alors qu’elle était enceinte de 16 semaines. C’était en 2012.
 

 
En octobre 2014, elle écrivait un témoignage déchirant pour le « New York Times » où elle racontait cette atroce journée où elle avait perdu son enfant, seule chez elle.

« C’est la chose la plus traumatisante qui me soit arrivée dans la vie »

Après avoir été rapidement hospitalisée, elle rentrait chez elle. « Deux heures plus tard, je suis retournée chez moi et n’étais plus enceinte », a-t-elle confié au magazine américain « Self » le 19 juillet dernier. « C’est la chose la plus traumatisante qui me soit arrivée dans la vie », ajoutait-elle.
 
C’est en 2015 que Jessica Zucker a décidé d’ouvrir ce compte baptisé « I had a miscarriage » (« J’ai fait une fausse couche ») sur Instagram. Depuis, elles sont extrêmement nombreuses à s’y retrouver, pour confier leur histoire et échanger sur les sentiments partagés. La culpabilité, l’incompréhension, la tristesse et parfois les réactions des proches qui n’aident pas. Une femme qui a fait une fausse couche entend encore trop souvent « ça arrive, ce n’est pas grave, tu auras d’autres enfants, etc. » Sauf que cette perte est réelle, cette souffrance parfois indicible et qu’il est essentiel de lever le tabou.
 
« Cette campagne est destinée à toutes celles qui ont connu une fausse couche ou vécu une interruption médicale de grossesse. Nous sommes là pour partager des histoires, mettre fin à la stigmatisation et créer une connexion entre nous toutes », écrivait Jessica il y a une semaine. Une « communauté » pour s’épauler qui se révèle aujourd’hui indispensable.

 

ELLE



Source

Commentaires

commentaires