Forcée à un « exil menstruel », cette jeune fille a perdu la vie – Elle.fr



La hutte érigée à l’écart du foyer familial lui a été fatale. Considérées comme impures durant la période des règles, les Népalaises sont contraintes de s’installer dans une cabane, située à l’écart de leur domicile. Une pratique ancestrale hindouiste appelée « chhaupadi » et qui vient de coûter la vie à une jeune femme, dans le district de Dailekh, vendredi dernier. Elle s’appelait Tulasi Shahi et n’avait que 18 ans. Mordue par un serpent dans la hutte où elle effectuait son « exil menstruel », « elle a survécu durant sept heures après la morsure mais est morte parce que le traitement médical a tardé », a expliqué un maire local, rapportent nos confrères d’ « Europe 1 ». La famille de la jeune Tulasi Shahi l’a d’abord transportée auprès d’un chaman avant de la conduire à l’hôpital.

Une pratique pourtant interdite

Bannies de leur foyer le temps de leurs règles, les jeunes femmes n’ont alors pas le droit de toucher la nourriture destinée aux autres, le bétail, les hommes et toute icône religieuse. Un exil forcé qui a déjà coûté la vie à deux femmes, l’année dernière. L’une d’entre elles s’est asphyxiée en inhalant de la fumée provenant d’un feu qu’elle avait fait pour se réchauffer à l’intérieur de sa hutte. La « chhaupadi » est en réalité une pratique interdite depuis de nombreuses années, mais celle-ci perdure malgré tout dans certaines régions reculées, dans l’Ouest du Népal. Le Parlement népalais est actuellement en train d’étudier une proposition de loi, afin d’aller plus loin, en prévoyant une peine de prison pour quiconque forcerait une femme à s’exiler pour effectuer ce rituel.

ELLE



Source

Commentaires

commentaires