Le sauveur d'ados – Elle.fr



C’est un enfant de la bourgeoise nancienne qui refuse d’aller au collge et reste dans son lit. Une ado rebelle, scolarise dans le priv, agressive au point de frapper ses camarades. Un garon transparent absorb dans son Smartphone, qui en oublie 15 ans ses parents (de riches immigrs asiatiques), mais aussi ses copains, ses devoirs et jusqu’au got des sorties. La fille d’un dentiste dont les notes chutent vertigineusement aprs le divorce des parents. Un garon, adopt par un couple de mdecins, devenu mutique au collge. Et encore cette fille de psy tournant dix ptards par jour et plus le got rien d’autre. Un jour, aprs une nime porte claqu, un bulletin en baisse ou une runion dprimante avec les profs, des parents ordinaires et dmunis prennent rendez-vous avec Matthieu Melchiori.

Une solution pour les parents dpasss

Jean et T-shirt, cet ducateur spcialis s’est reconverti en 2009 en conseiller ducatif priv : Entre le service public dbord et rserv aux cas les plus lourds, et les cabinets des psys qui rebutent parfois les ados, plaide-t-il, il manquait aux parents un crneau intermdiaire. Install prs de la place Stanislas Nancy, son cabinet ne dsemplit pas. Grce au bouche--oreille, les parents dpasss se repassent ses coordonnes. Prt sauter dans sa voiture pour parlementer avec un ado enferm dans une salle de bains, discuter avec un directeur de collge exaspr ou emmener au skate park un lycen dmoralis, Matthieu Melchiori apparat souvent comme un ultime recours. Et, 70 euros l’heure de consultation domicile ou au cabinet, et 120 euros pour une intervention urgente ou nocturne (par exemple, aller rcuprer en bote de nuit un ado qui a fait le mur), a marche bien pour lui, merci ! Au point qu’il a form d’autres professionnels en France, labelliss par son Cabinet ducation conseil.

Je fais de la pdagogie, pas de la psychologie

Un monde d’incomprhension vous spare, le dialogue est rompu, le climat familial perturb ? lit-on sur sa plaquette l’intention des parents d’enfants de 6 25 ans. Le pro de l’ducatif promet de vous aider faire face, vous redonner confiance et d’optimiser vos comptences de parents . Poigne de main franche et contact facile, Matthieu Melchiori a l’allure sportive d’un ngociateur du Raid (unit d’lite de la police nationale) : capable tout aussi bien d’intervention physique, que de finesse et de diplomatie dans la ngociation. Il revendique le bon sens ducatif et pose ses limites ( je fais de la pdagogie, pas de la psychologie ). Ensemble et/ou sparment, il suit parents et enfants le temps d’une anne scolaire en moyenne. Ainsi entre-t-il dans le secret des familles de la classe moyenne et suprieure, volontiers soucieuses du qu’en-dira-t-on. Souvent, il entend des phrases qui font mal : je suis un pre de merde , je ne supporte plus ma fille , mon fils m’insulte du matin au soir , il est foutu , je ne suis pas la mre adoptive que ma fille aurait mrite . Ct ados : je suis nul , je dois tout le monde , personne ne me comprend , mais pourquoi je fais peur ma mre ? .

Le march juteux du dsarroi parental

Partout en France, des coachs venus d’horizons divers, plus ou moins bien forms, ouvrent leur boutique. Ils se nomment coach parental , coach de vie , conseiller scolaire , mdiateur parents-enfants : autant de professionnels auto-dclars qui surfent sur le march juteux du dsarroi parental. Sans formation reconnue par l’tat, sans autres limites que celles qu’ils se fixent… Matthieu Melchiori est le premier le dplorer, lui qui sait combien les contours de ce nouveau mtier sont parfois flous, surfant entre conseils pdagogiques et thrapie familiale, demande subtile de cadre ou de reprise en main muscle. Que se passe-t-il pour que les parents soient largus ce point ? Ils n’ont plus confiance en leur bon sens, diagnostique l’homme de terrain. Ils n’osent plus tre autoritaires, ou bien ils le sont d’une manire si rigide que cela mne une surenchre strile. Notre socit refuse toute forme de frustration, ce qui n’aide pas les adultes prendre leur place, ni les jeunes grandir. Et souvent les ados portent sur leurs paules les interrogations et les problmes des adultes, leurs projections inquites sur l’avenir, leurs soucis et leurs rythmes professionnels, et, au final, l’angoisse de la socit tout entire. C’est trop lourd.

La bienveillance de l’adulte a une puissance de frappe. La rgle de base, c’est la considration mutuelle

Le conseiller ducatif met les mains dans le cambouis des familles. Impliqu 100 % , il mouille la chemise, et certains parents et ados lui en sont ternellement reconnaissants. Il garde la tte froide : Je n’ai pas la science infuse, je fais juste le dcodeur Canal+. J’essaie de comprendre le rle de chacun dans la famille, de remettre chacun sa place. Et de dgonfler des petites choses qui, accumules, finissent par dgnrer. L’ancien ducateur, par ailleurs pre de deux fils de 10 et 15 ans, plaide pour le droit l’erreur des parents : Pourvu qu’ils les reconnaissent. Que faut-il pour qu’une famille en vrac reparte sur ses deux jambes ? Remettre de la bienveillance et du positif dans les relations, plutt que d’enfoncer chacun la moindre sortie de route, comme le fait trop souvent l’cole.

Un cadre clair, solide, et des limites qui rassurent les enfants

Super-intendant de la postmodernit familiale, Matthieu Melchiori fixe des objectifs atteignables : passer le permis, obtenir des notes correctes, suivre une formation, stopper les joints, recadrer l’argent de poche ( Quand on a, comme je l’ai vu, 450 euros par mois 15 ans, est-ce qu’on a envie de se bouger les fesses ? )… Problme rcurrent ? La gestion des crans, Smartphone ou ordinateurs : C’est le truc qui rend tout le monde fou ! confirme-t-il. Des parents en viennent arracher les portables des mains de leur gamin, et la violence monte d’un cran. J’ai mme vu un pre avec le nez cass. Son fils lui avait jet son portable la figure ! Ou un ado priv pendant un an de PlayStation pour avoir insult son pre devant toute la famille. Une punition d’un an, cela n’a pas de sens ! C’est un aveu d’impuissance, et le gamin le sait pertinemment. Il aide les parents poser des rgles claires (interdire les crans la nuit dans les chambres) mais aussi cesser de diaboliser Internet. Matthieu Melchiori n’est pas Super Nanny ou Pascal, le Grand Frre, deux hros de la tl-ralit qui incarnent une conception caricaturale de l’autorit : Je ne crois pas la vertu de l’obissance pour le principe, affirme-t-il contre toute attente. Cela ne fonctionne pas. Les gamins ont besoin d’un cadre clair et solide, de limites qui les rassurent, d’adultes solides et fiables… Mais aussi de dialogue. Je crois la puissance de frappe de la bienveillance de l’adulte. La rgle de base, c’est la considration mutuelle. Ni super-papa de substitution, ni flic, ni grand frre, ni psy… mais un peu tout cela la fois. Et quand les malaises relvent davantage de la psychiatrie ou des services sociaux, il n’hsite pas le dire. Ou, parfois, orienter les parents vers un psy.

Face un problme, les parents veulent une solution

Mme s’ils s’en mfient, parce qu’ils veulent des rponses concrtes, pas les explications n’en plus finir, constate-t-il. Quand votre voiture est en panne, on ne veut pas un blabla de l’assureur, mais une solution ! Le secret de son bon contact avec les ados ? Avancer cash , sans masque : Hier j’ai eu une discussion avec un petit Arthur dvaloris en permanence, jug « monstrueux » par ses profs au collge, menac d’expulsion et trs en colre contre son pre. Il m’a demand :

« Tu n’as jamais eu peur ? Tu n’as jamais eu honte de quelque chose ? » J’ai rpondu : « Si, bien sr. » Et j’ai dtaill. Sans tricher. Il tait sidr de pouvoir discuter ainsi avec un adulte. Je lui ai suggr qu’il pouvait maintenant poser ces questions son pre… Au lieu de le traiter de « gros con » toute la journe.

Il nous a permis de remettre chacun sa place dans la famille

Nathalie est la mre de trois garons de 19, 17 et 13 ans. partir du CE2, notre dernier a commenc tre agressif, avoir des ides noires. Il avait du mal travailler. L’cole l’a pris en grippe, et l’air tait irrespirable en famille. Mon mari tait trs distant et, moi, je criais tout le temps. Nous avons fait plusieurs thrapies avec trois psys diffrents. Trois checs. Une psychiatre a mme prescrit des mdicaments mon fils, sans mettre un diagnostic ! a l’a assomm et il tait toujours angoiss. Quand j’ai contact Matthieu Melchiori, j’tais perdue. Il nous a apport des rponses et donn des conseils trs concrets, tout ce que les psys s’interdisent. Pour lui, notre fils tait sensible, mais certainement pas fou. Il nous a permis de ddramatiser, de remettre chacun sa place dans la famille. Il a donn mon fils des outils pour faire retomber la pression quand la violence montait. Depuis, les choses rentrent dans l’ordre : il est en 5 e , avec une moyenne de 13-14. Bien sr, il y a encore des coups de gueule la maison, mais aussi des beaux moments de complicit. On est sortis de la zone dangereuse.

Cet article a t publi dans le magazine ELLE du 26 mai 2017. Abonnez-vous ici.

ELLE



Source

Commentaires

commentaires