Selena Gomez rompt avec son image de fille sage dans son dernier clip « Fetish » – Elle.fr



Une vidéo étonnante, voire dérangeante, Selena Gomez comme vous ne l’avez jamais vu dans « Fetish ». 

Selena Gomez se réinvente. Quand la reine de la pop américaine rencontre une talentueuse artiste canadienne le résultat est explosif. Ensemble, Selena Gomez et Petra Collins, toutes les deux âgées de 25 et 24 ans seulement, ont produit un clip musical très surprenant pour sa nouvelle chanson « Fetish ».

La folie amoureuse

Simple dans une robe jaune et une paire de sandales, Selena Gomez chante dans une maison comme on en trouve seulement dans les banlieues américaines et tout au long de la vidéo, la chanteuse semble en proie à une crise de folie.

La jeune femme se roule à terre, monte sur la table et à intervalles réguliers croque dans différents produits non-cosmestible, en passant par une barre de savon, un tube de rouge à lèvres et même un bout de verre. Dans les moments les plus sinistres du clip, Selena Gomez détourne même la fonction première d’un recourbe-cils pour tenter de se couper la langue. La rupture avec son image de petite fille sage made in Disney est désormais totale.

Dans une interview accordée au magazine «  Dazed », Selena Gomez et Petra Collins ont expliqué que la vidéo découle d’une passion commune pour les films d’horreur. Les deux femmes ont simplement voulu montrer ce à quoi ressemble une femme lorsqu’elle perd le contrôle d’elle-même. « Je pense que si un homme avait réalisé  » Fetish « , le résultat aurait été beaucoup plus sexualisé », affirme Selena Gomez. Elle poursuit : « La scène dans la cuisine était très libératrice, pouvoir perdre le contrôle de mon corps et moi-même ». Si « Fetish » peut mettre certains spectateurs mal à l’aise, c’est sans doute parce que le clip brosse le portrait d’un amour dévorant et profondément animal.

La réalisatrice, Petra Collins conclut : « J’adore la vidéo parce qu’elle montre l’amour sale, dégoutant et bizarre que l’on peut ressentir envers quelqu’un ».

ELLE



Source

Commentaires

commentaires