"Ex fan des 80's" : l'album de Mathieu Rosaz qui nous emmène à la recherche du temps perdu – Elle.fr



Depuis quelques années fleurissent parallèlement aux diverses tournées des « Stars 80 » d’époque, les albums de jeunes groupes ou artistes proposant leurs propres titres dans des sonorités très eighties : Juliette Armanet, Fishbach, The Pirouettes… Mathieu Rosaz vient de faire la démarche inverse avec l’album « Ex-Fan des 80’s ».

En réinventant un choix de tubes qui firent les belles heures du Top 50 dans des sonorités plus intemporelles ou proches de grands classiques de Brel ou de Barbara, Mathieu Rosaz nous enchante. 

Petite singularité : tous ces hits ont été créés exclusivement par des chanteuses apparues dans cette décennie-là, celle du fluo, du « look », du blush abusif, des épaulettes et du Walkman. 

On retrouve ainsi dans des arrangements piano sobres et minimalistes la ouate de Caroline Loeb, la boule de flipper de Corynne Charby, les voyages de Desireless entre autres « Johnny, Johnny » de Jeanne Mas, « Sans contrefaçon » de Mylène Farmer ou encore « Amoureux solitaires » de Lio, « Canoë rose » de Viktor Lazlo ou « Quand la ville dort » de Niagara… 

Et on se rend compte que finalement, hors contexte, ces titres débarrassés du kitsch qui fait encore sourire, tiennent bien la route. 

Une remise à niveau et au point chère à Jakie Quartz pour ces véritables madeleines de Proust. Marcel Proust qui dans son « Eloge de la mauvaise musique » parue en 1896 écrivait déjà :

« Détestez la mauvaise musique, ne la méprisez pas. Sa place, nulle dans l’histoire de l’art, est immense dans l’histoire sentimentale des sociétés. »

A méditer pour l’été, et à télécharger ici.

ELLE



Source

Commentaires

commentaires