Grand Prix des lectrices : février 2018 – Elle.fr


Le roman : « Et soudain, la liberté d’Evelyne Pisier et Caroline Laurent (Les Escales)

« Évelyne Pisier fait partie de ces personnes dont on a entendu le nom, mais qui restent un mystère. Grâce à Caroline Laurent, le voile est levé sur sa vie palpitante et atypique. » (Marion Khouri)
« L’auteure livre une évocation magnifique d’une relation mère-fille, bâtie autant sur l’admiration que sur les silences, sur la complicité que sur la rivalité. » (Alexandra Hardy)
« Ce qui contribue à larichesse de cet ouvrage, c’est la qualité de son écriture, qui fait s’entremêler deux voix, deux générations. » (Célia Safer)

Couverture Et soudain, la liberté

Le document : « Les soeurs Brontë » de Laura El Makki (Taillandier)

« Ce livre ne m’a pas seulement éclairée sur la vie de ces femmes, mais il m’a fait voyager dans le temps. J’ai été submergée par cette force d’exister qui en ressort. » (Cynthia Honoré)
« Quel livre ! Je l’ai dévoré en deux jours. La famille Brontë me fascine. Je ne la connaissais pas très bien. Je l’ai découverte en profondeur. » (Sandrine Blicq)
« C’est aussi l’évocation de l’Angleterre victorienne qui nous est contée. Naître fille et pauvre au XIXe siècle était un double fardeau. Sans l’écriture, que seraient-elles devenues ? » (Elisabeth Roblin)

Couverture Les Soeurs Brontë

Le policier : « L’essence du mal » de Luca D’Andrea (Denoël)

« Formidablement bien ficelée, l’intrigue nous emmène dans le Tyrol italien, au coeur d’un village perdu au pied des Dolomites. » (Maryline Galdin)
« Mention spéciale pour l’incroyable twist final que vous n’aurez certainement pas vu venir. Luca D’Andrea joue avec nos nerfs comme un chef. » (Lucie Colonna d’Istria)
« Voici un bon thriller comme je les aime : un contexte original, un village italien avec son ambiance rurale, un paysage à couper le souffle, une montagne majestueuse et menaçante… » (Claire Chevallier)

Couverture L'essence du mal

ELLE



Source

Commentaires

commentaires