« La Consolation » : le cri de Flavie Flament – Elle.fr



« J’ai été violée par David Hamilton. » Flavie Flament brise le silence avec « La Consolation », téléfilm tiré de son livre-témoignage et réalisé par Magaly Richard-Serrano. Cette adaptation retrace le patient et douloureux travail psychologique qu’elle a dû faire pour prononcer ces mots libérateurs. Un soir, avant de prendre l’antenne, Flavie ( Emilie Dequenne) est brusquement terrassée par une attaque de panique. Victime d’une amnésie traumatique, elle va exhumer, grâce à son psy, le souvenir enfoui qui l’empoisonne. Sensible et accablant, le téléfilm alterne les scènes avec Flavie la femme et Flavie l’ado (Lou Gable), bientôt sélectionnée pour le casting de miss « OK ! Magazine ». Flavie, alias « Poupette », grandit dans une famille de Français moyens qui passe ses vacances en caravane dans un camping de Charente-Maritime jusqu’au fatal séjour les amenant au Cap-d’Agde, paradis des naturistes. Implacable dénonciation d’un criminel pervers, « La Consolation » est aussi le portrait à charge d’une mère. Femme au foyer intrusive et captivée par les people, la mère de Flavie (excellente Léa Drucker) hypersexualise sa fille, la contraint à faire des régimes, non sans lui dire, pour la motiver, qu’elle est « grosse et moche » et qu’elle finira « caissière ». Dans sa fascination pour le fameux « flou hamiltonien », la même n’hésite pas à laisser la jeune Flavie, 13 ans, seule avec le célèbre photographe naturiste, même lorsque celui-ci la reçoit nu dans son appartement. Un téléfilm très juste, au service d’un témoignage essentiel.

 « La Consolation », de Magaly Richardserrano, mardi 7 novembre, 20 h 55, France 3.

Cet article a été publié dans le magazine ELLE du 3 novembre 2017.  Abonnez-vous ici.

ELLE



Source

Commentaires

commentaires