Laeticia Hallyday raconte les derniers jours du rockeur : « le combat est devenu très difficile » – Elle.fr



Dans un long entretien accordé au « Point », Laeticia Hallyday prend la parole pour la toute première fois depuis la disparition de Johnny Hallyday, en décembre dernier. La veuve y revient sur la bataille judiciaire qui l’oppose à David Hallyday et Laura Smet, mais évoque aussi les blessures d’enfance du rockeur. Elle en profite aussi pour se remémorer, avec douleur, les derniers mois de la vie de Johnny, atteint d’un cancer des poumons. Après la tournée estivale des Vieilles Canailles, avec Eddy Mitchell et Jacques Dutronc, l’état de santé de Johnny s’est dégradé. « A partir de septembre, le combat est devenu très difficile. Son corps commençait à le lâcher et la chimiothérapie ne fonctionnait plus. […] Pourtant, qu’est-ce qu’on s’est battus ! Mon mari, ce n’était pas quelqu’un d’ordinaire. Il pouvait renaître de tout. Mais, en septembre, il a mis un genou à terre. Le plus dur, c’est qu’il a fini par ne plus marcher. » En effet, le cancer s’était étendu aux os. Le rockeur enchaîne alors les séjours à l’hôpital, subit plusieurs cimentoplastie – une opération qui consiste à injecter du ciment pour reconsolider le squelette – et enchaîne les séances de radiothérapie.

En novembre, les médecins annoncent la mauvaise nouvelle à Laeticia Hallyday. « Là, ils me disent : “Laeticia, la guerre est finie.” Ils disent : “On n’a plus d’armes, son corps ne supportera plus rien.” » Le lendemain, les médecins parlent à David Hallyday et Laura Smet. « Ils m’ont prise dans leurs bras. Ils ont eu une attitude très protectrice, très généreuse. » De retour dans leur résidence de Marnes-la-Coquette, pour les dernières semaines de Johnny Hallyday, Laeticia Hallyday invite leurs amis, comme les chefs Jean-François Piège et Hélène Darroze. « Il a toujours été jaloux de mon amitié avec Hélène. Il me disait : “Tu l’aimes plus que moi…” C’était son côté possessif. Je suis sortie pour embrasser Hélène. J’ai juste quitté la chambre cinq minutes. C’est là que mon homme est parti. »

ELLE



Source

Commentaires

commentaires